Le Coq aux champs (Soheit-Tinlot)

For English, click here

J’ai découvert le Coq aux champs et son Chef Christophe Pauly par l’émission « Comme un Chef » et j’ai eu l’occasion de quelque peu goûter sa cuisine lors des éditions précédentes du Culinaria. J’étais donc ravie d’être invitée à Soheit-Tinlot (merci le GPS) pour mieux faire connaissance avec sa cuisine.

Certains restaurants étoilés sont parfois trop guindés et le client ne se sent pas à sa place mais ici, l’endroit est séparé en plusieurs parties et on n’est jamais noyé dans un espace trop grand. On était installée près de la cuisine ouverte et on pouvait suivre le dressage précis de chaque plat. J’adore ce genre d’espace ouvert car admirer un Chef étoilé à l’œuvre est toujours un moment privilégié. J’ai trouvé le restaurant chaleureux.
image

On a été gâtée avec un menu 5 services (à 80 euros) en plus des amuse-bouches. Le service était très efficace, rapide, souriant et discret.
image

Dans les amuse-bouches, j’ai beaucoup aimé les mélanges sucré-salé. Les présentations étaient magnifiques. C’est difficile de choisir laquelle j’ai préféré mais je crois que c’était le velouté de butternut. Tout d’abord, le butternut se cachait au fond de l’assiette et avait une texture plus compacte mais l’amuse-bouche restait légère grâce à la mousseline de speck qui le recouvrait. Pour rajouter du plaisir, on avait droit à du croquant avec les dés du speck. C’était une amuse-bouche très réussie.
image

Il y a eu deux entrées. Si la crépine au foie gras était un agréable mélange de goûts (sucré, acidulé et salé), les noix de Saint-Jacques rôties étaient mon coup de coeur. J’étais déjà enchantée à l’énoncé de l’intitulé du plat car j’étais emballée par le speculoos et le beurre noisette. Tous ces accompagnements sublimaient le produit principal: les noix de Saint-Jacques qui étaient parfaitement saisis.
image

Pour suivre les entrées, il y avait un plat de poisson et du gibier. Le poisson était une vraie merveille. La beauté du plat reposait principalement sur la cuisson du poisson: il était tellement fondant et l’assaisonnement de la sauce au vin jaune était très réussi. Le plat était gourmand et n’a pas fait long feu dans l’assiette. Mon amie qui ne mange jamais de poisson s’est même régalée.
image

Notre plat de gibier était du chevreuil. La viande de gibier est riche en goût et délicieuse avec des fruits. Dans ce cas-ci, c’est un « purée » de choux rouges qui apporte le côté sucré au plat et elle avait aussi un goût très prononcé qui se mariait bien avec la viande. C’est la première fois que je goûtais ces pommes de terre soufflées qui étaient visuellement très jolies et étonnantes. Les oignons grelots avaient des arômes de sapin.
image

Pour la partie sucrée, on a reçu trois desserts aussi beaux qu’exquis. Je pense que celui que j’ai trouvé le plus surprenant était le dessert au fromage blanc, granny smith et sorbet à l’oseille. A la présentation, il était déjà intriguant avec la fine couche de sucre qu’il fallait casser et manger avec le reste. Le sorbet à l’oseille était très bon mais il y avait en plus des éclats de sucre, de la gelatine. Cela donnait un dessert hors du commun. Le dessert était léger et pas trop sucré. Ceci dit, le sorbet bonbon à la violette n’est pas un incontournable pour rien. Le goût est juste incroyable.
image

Je m’en voudrais de ne pas louer les qualités de la sommelière qui a pris le temps de nous parler de tous ces vins si bien choisis pour accompagner ces mets d’exception. C’est toujours un véritable plaisir d’écouter quelqu’un de si passionné. La sélection des vins est à 38 euros.

J’ai été charmée par le Coq aux Champs et sachez que si comme moi, vous habitez loin du restaurant, il y a quelques maisons d’hôtes dans les environs.

http://www.lecoqauxchamps.be

Fermé le samedi midi, dimanche et lundi.
085-51.20.14

English version

I discovered the Coq aux Champs and its Chef Christophe Pauly through the TV show « Comme un Chef » and I had the opportunity to taste a bit of his cuisine in previous editions of Culinaria. So I was delighted to be invited to Soheit-Tinlot (thanks to my GPS) to become better acquainted with his cooking.

Some star restaurants may be too stiff and the client can sometimes feel out of place but here the space is divided into several parts and one is never drowned in too much space. It was seated near the open kitchen and you could follow the specific display of each dish. I love this kind of open space because admire it is always a special moment to admire a Star Chef in action. I found the restaurant to be very cosy.
 image

We were spoiled with a 5-course menu (80 euros) and appetizers. The service was very efficient, fast, smiling and discreet.
 image

For the appetizers, I liked the sweet and sour blends. The presentations were beautiful. It’s hard to choose which one I preferred, but I think it was the cream of butternut. First, the butternut was hidden at the bottom of the plate and had a more compact texture but the appetizer remained light because of the smooth muslin of speck which covered the butternut. For even more pleasure, it was topped with little crunchy diced speck. It was a very successful appetizers.
 image

There were two starters. If the crispy crepe with foie gras was a nice mix of tastes (sweet, sour and savoury), the roasted Saint-Jacques were my favorite. I was already delighted with the wording of the title of the dish because I was excited about the speculoos and hazelnut butter. All these sides sublimated the main product: the Saint-Jacques that were perfectly cooked.
 image

To follow the starter, there were a plate of fish and one of game. The fish was a marvel. The beauty of the dish was based primarily on the cooking of the fish: it was so melting and the seasoning of the sauce with yellow wine was very successful. The dish was delicious and did not last long on the plate. My friend who never eat fish has greatly enjoyed the dish.
 image

Our game dish was roedeer. Game meat is rich in flavor and delicious with fruits. In this case, it is a « mash » of red cabbage that brings sweetness to the dish and it also had a very pronounced taste that married well with the meat. This is the first time I tasted the potatoes that were blown and visually it was very beautiful and quite astonishing. The onions had fir aromas.
 image

For the sweet part, we got three desserts as beautiful as exquisite. I think the one I found most surprising was the dessert with yogurt, Granny Smith and sorrel sorbet. When presented, it was already intriguing with the thin layer of sugar that we had to break and to eat with the rest. The sorrel sorbet was very good and on top of the sugar chips we also had jello at the bottom. This gave a dessert out of the ordinary. The dessert was light and not too sweet. That said, the sweet sorbet violet is a real must. The taste is just amazing.
 image

I would be remiss not to praise the qualities of the sommelier who took the time to talk about all these wines so well chosen to accompany these exceptional dishes. It’s always a pleasure to hear someone so passionate. The selection of wine is 38 euros.

I was charmed by the Coq aux Champs and know that if like me, you live far away from the restaurant, there are a few guest houses in the vicinity.

http://www.lecoqauxchamps.be

Closed Saturday lunch, Sunday and Monday.
085-51.20.14

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s